Aujourd’hui nous vous présentons quelques régions du monde, parfois peu connues et où l’on rencontre des personnes noires avec des attributs différents et peu courants…

Les noirs à travers le monde :
Il existe des personnes qui ont la peau noire et cela sans pour autant être des afro descendants.
Pour rappel, l’évolution de l’homme, ayant commencé en Afrique puis s’étant construite au cours de nombreux siècles, nous a laissé un héritage riche en diversité. Aujourd’hui, on retrouve des personnes noires en Afrique mais également en Asie, en Océanie et en Amérique.
Nous savons qu’être noir peut être dû à deux faits : soit la région géographique dans laquelle s’est développée la famille de l’individu, soit le taux de mélanine présent dans ses gènes. À l’instar des Indiens à la peau très foncé ou encore certains peuples d’Asie du Sud-Est pour le premier cas. Pour le second, on peut citer la plupart des personnes d’origine africaine. 

En Afrique

  •    Le peuple Bamiléké : Chez ce peuple on rencontre souvent des individus qui ont la peau très claire et les yeux verts. En effet, ce peuple des montagnes est longtemps resté isolé dans un environnement (difficile) auquel, il a dû s’adapter. C’est le propre de l’homme que d’utiliser son instinct de survie pour s’adapter. 
    Les Bamilékés sont un peuple d’Afrique centrale, venant du Cameroun (région de l’Ouest). Certains prétendent que les Bamilékés seraient descendants des Baladis partis d’Égypte au IXe siècle.

On constate donc qu’en Afrique, il n’y a pas uniquement que des noirs à la peau foncée, et cela même en Afrique dite “noire”.
Le mot « noir » a un double sens. En général, on l’utilise pour désigner les populations originaires d’Afrique noire. Mais on l’utilise aussi par vulgarisation pour désigner toute population à la peau foncée. C’est un peu comme utiliser le terme blanc pour des japonais sous prétexte qu’ils aient une peau blanche.

Maintenant, nous allons vous présenter des populations venant des quatres coins du monde ayant également la peau noire. Attention, vous pourriez être surpris.

En Océanie

  •           Les Malaysiens blonds : Connaissez-vous les Mélanésiens et les noirs de l’île Salomon ? Cheveux d’or, peau foncée. Afroculture.net vous emmène à la découverte des gènes magiques et du peuple mélanésien d’Australie. De nombreux scientifiques étaient très intrigués par cette découverte. Beaucoup se demandent encore comment il est possible que des noirs puissent naître avec des cheveux naturellement blonds surtout que bien souvent, ce type de cheveux est exclusivement attribué aux personnes de type caucasien. Mais, la génétique est tellement aléatoire que tout est possible.
    Les amis, bienvenue dans le nord-est de l’Australie !
    De l’ouest de l’océan Pacifique à l’est de Fidji en passant par la mer d’Arafura, la Mélanésie est une sous-région de l’Océanie. Les îles de Mélanésie sont la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Fidji, Vanuatu, les îles Salomon et la Nouvelle-Calédonie. Les Mélanésiens sont originaires des îles Salomon et très connus pour leur belle peau foncée et leurs cheveux blonds dorés. Avec plus de 342 000 personnes, les Salomoniens sont négroïdes et australoïdes. La plupart (91%) vivent en milieu rural contre une faible minorité (9 %) en milieu urbain.

    Il existe plusieurs hypothèses sur l’origine de la coloration singulière des cheveux de ce peuple : elle proviendrait d’un blanchiment par le soleil et l’eau salée, d’une alimentation riche en poisson ou d’un héritage issu des Européens ou des Américains. Mais, une nouvelle étude scientifique de Sean Myles va infirmer toutes ces suppositions… Cliquez ici pour en savoir plus.

Comme énoncé précedemment, on a tendance à utiliser le mot noir pour désigner toute population à la peau foncée, alors que le mot noir désigne en générale les populations africaines ou ayant des origines africaines.
Ceux-là font partie du groupe des australoïdes, comme les aborigènes d’Australie, ils n’ont pas d’origine directe avec l’Afrique. 
Donc pour faire simple, aujourd’hui ils n’ont rien d’africains, ni le visage, ni la texture des cheveux. Simplement, ils vivent près de l’équateur, donc proche du soleil. Et qui dit ensoleillement puissant dit peau foncée.

En Asie, de type mongoloïde et non négroïde :

  •            Les noirs bleus d’Inde : Les dravidiens appartiennent à la « race bleue » d’Inde, ceux du Dieu Krishna. Ce sont des africains à la peau noire et aux cheveux lisses qui seraient partis de l’Afrique il y a 50.000 ans avant J.C. Ils subissent beaucoup de racisme à cause de leur peau bleu foncée. Leur magnifique carnation a inspiré le réalisateur du film Avatar (d’ailleurs « avatar » en Sanskrit signifie « incarnation »).
    Krishna est souvent représenté en noir très foncé, et décrit comme le parfait, l’harmonieux. En Sanskrit, Krishna veut dire noir, sombre, ou bleu foncé. Celui qui a le plus haut degré de perfection, et de beauté, dans les récits védiques est comparé à la couleur des nuages de pluies sombres remplies d’eau.
  •       Les Négritos d’Asie : Ce terme désigne un peuple méconnu. Qui sont-ils ? Il s’agit des populations de petite taille, à la peau noire et aux cheveux crépus, vivant dans trois zones géographiques du sud-est asiatique : les îles Andaman, la péninsule Malaise (laquelle est partagée entre la Malaisie, la Thaïlande et la Birmanie) et les Philippines.
    Ces populations descendent des premiers humains modernes arrivés dans la région voilà plus de 50 000 à 70 000 ans. Les analyses génétiques montrent qu’au-delà de leur ressemblance physique, les différents groupes ne sont apparentés que de façon très vague et ancienne à l’Afrique, indice probable de vagues de migrations distinctes.
    Ces groupes, vivent essentiellement de la chasse, la cueillette, la pêche. Ces activités étant leurs seuls moyens de subsistance, elles les occupent tous les jours. Ils ont été en partie acculturés par les populations austronésiennes ou môn-khmer arrivées bien plus tardivement dans la région, certains devenant agriculteurs et adoptant les langues des nouveaux. Ils doivent leur nom « Négritos » (« petits noirs » en Espagnol) aux premiers visiteurs espagnols. Les Négritos sont considérés comme la couche de population la plus ancienne trouvée à Luzon, Visayas et Mindanao.
    Certains avaient supposés que ces peuples étaient cousins des pygmées (en raison de leur petite taille), mais la génétique a démontré qu’ils étaient plus proches des Bochimans du désert de Kalahari d’Afrique du Sud. Ils seraient arrivés sur leurs territoires actuels à l’époque de la grande migration de l’Afrique vers l’Australie plusieurs dizaines de milliers d’années avant notre ère. Ils seraient hostiles à la modernité et vivraient dans un certain isolement car menacés par des compagnies forestières. L’anthropologue américain Diamant De Jared dans son livre « Pistolets, germes, et acier » suggère que le Négritos sont les ancêtres possibles des Australiens indigènes et Papous de La Nouvelle-Guinée. Une explication de leur originalité vient du fait qu’ils sont les survivants et descendants des premiers hommes venus d’Afrique. Ils sont donc les descendants directs des premiers peuples à avoir quitté l’Afrique, ce qui en fait un peuple particulièrement fascinant. Leur présence en Asie du Sud-Est précède la révolution néolithique.
  •    On distingue dans cet ensemble les Andamanais, descendant d’expéditions Africaines en Inde. Les Andamanais, ou Mincopies, sont les habitants autochtones des îles Andaman. La plupart des autres habitants (aujourd’hui très majoritaires) sont des Bengalis hindouistes venus du Bengale oriental lorsque celui-ci est devenu le Pakistan oriental (aujourd’hui le Bangladesh). Les îles Andaman sont un territoire de l’Union indienne situé à 800 km environ au sud-est de l’Inde dans le golfe du Bengale, au large des côtes birmanes. Il comporte cinq groupes ethniques parmi les Andamanais. Ces groupes, parmi les plus petits en nombre sur la planète, sont menacés d’extinction.

En Amérique

  •       Autrefois : La plus ancienne civilisation connue dans les Amériques a été Olmèque, et elle était d’origine Africoid noir (c’est-à-dire de type négroïde africain mais dont l’origine n’a pas été prouvée) et a prospéré sur une période de 5000 ans. Cette civilisation existait en Amérique avant l’arrivée des Peaux-Rouges. En fait, au moment de l’arrivée des Européens en Amérique centrale et en Amérique du Sud au XVème siècle, les descendants des Olmèques noirs ont été nombreux dans toute cette région, en particulier au Mexique. À cet égard, le témoignage de Nicolas Leon est instructif sur l’ancienneté de la présence africaine en Amérique. Il affirme que les Noirs étaient les premiers habitants de Mexico : « La disparition des nègres d’origine pendant la période de la conquête espagnole et les souvenirs d’eux dans les traditions les plus anciennes nous font croire que les Noirs étaient les premiers habitants du Mexique. »
  •       Aujourd’hui : Les noirs sont presque 27 millions en Amérique du Sud, dont 20 millions Brésil. Viennent ensuite le Venezuela (3 millions), la Colombie (2 millions) et l’Équateur (1 million), la Guyane (100 000) et Surinam (44 000) ; ils se font rares dans d’autres pays.
Share This