Nana et Flora face aux yeux du monde

Nana Kadidia Traore

Hello; je m’appelle Nana Kadidia Traore d’origine malienne peulh et bambara, nĂ©e Ă  Bamako et arrivĂ©e Ă  l’Ăąge de 11 ans en France. Depuis mon arrivĂ©e ici je ne cesse de rĂ©flĂ©chir Ă  mon avenir par rapport aux idĂ©es reçues et certains propos qu’on tient dans cette sociĂ©tĂ© occidentale car j’ai envie de faire de la diplomatie. Je vois ce monde d’un oeil trĂšs mĂ©fiant. Avec peu d’assurance depuis petite on me disait que j’avais des traits fins et que je devrais ĂȘtre mannequin. Je rĂ©pondais  merci et je n’imaginais pas ce qui pouvait se cacher derriĂšre ces  « compliments ».
Vu que je n’avais pas confiance en moi je n’Ă©tais pas aller au bout jusqu’Ă  ce qu’on me propose de faire un book.  Evidemment, j’ai dit oui car j’ai toujours aimĂ© la mode sans pour autant en faire quelque chose de concret. Mais j’ai remarquĂ© que ce milieu Ă©tait stĂ©rĂ©otypĂ© lorsque l’on m’a fait comprendre qu’ayant des formes et une petite taille ce mĂ©tier n’Ă©tait pas fait pour moi. 
La participation au projet Ayika’a me permet d’ouvrir les yeux sur la personne qu’on voit en me regardant, il me permet notamment d’ĂȘtre moins dure avec moi mĂȘme et surtout de pouvoir effacer certains aprioris sur la femme noire et mĂ©tissĂ©e. 

Flora

Issue du mĂ©tissage entre la France et la CĂŽte d’Ivoire, j’ai toujours Ă©tĂ© Ă©levĂ©e dans la mixitĂ© et la tolĂ©rance. Cette diversitĂ© m’a permis d’apprĂ©hender le monde avec une certaine ouverture d’esprit. Je pense que le milieu de la mode a un poids Ă©norme sur les reprĂ©sentations que l’on se fait de LA femme, tout horizon confondu. A partir du moment oĂč l’on ne montre qu’un nombre restreint de rĂ©alitĂ©s, il y a distorsion de ce qui est rĂ©ellement, entraĂźnant ainsi une stigmatisation progressive et systĂ©matique. Il est trĂšs important de montrer LES beautĂ©s qui rĂ©sident en chacun de nous. Et cela passe par l’image qui est vĂ©hiculĂ©e au quotidien. Le projet Ayika’a est un petit pas vers une ouverture des canons de beautĂ© actuels.