Ayika’a m’est tombé dessus, au détour d’Instagram, par pur hasard. J’ai jeté un coup d’œil au site et j’ai tout de suite accroché. L’ambition de bouger les choses, l’énergie de le faire bien et la jeunesse de l’équipe m’a donné envie de rejoindre la team. Sarah Diop

Sarah, pourrais-tu te présenter ?

Hello  !
Je m’appelle Sarah, j’ai 22 ans et je suis Franco-Sénégalaise. Je viens de déménager à Paris après 3 ans d’école de théâtre au Cours Florent à Bruxelles et 2 ans de licence de langues modernes. Installée depuis peu, je poursuis mes études de langues à Paris 8 et en parallèle, je suis des cours de théâtre en conservatoire.

C’est en grande partie ma passion pour l’art qui m’a aidé à m’accepter en tant que femme métisse. Car l’art est le seul endroit où tout parle et se communique, le berceau de la tolérance et de l’expression de soi.

Mon plus grand complexe étant petite, c’était mes cheveux. Une belle boule afro au milieu de cheveux lisses et en plus au collège, ça passait mal. J’étais constamment la muse des autres qui n’hésitaient pas à me rappeler que j’étais « différente ». Alors j’ai tout testé ; défrisage, tresses, tissage, brushing, chignon, mais après des années de combat entre mes cheveux et moi, j’ai préféré faire la paix avec ma touffe, et par conséquence, faire la paix avec mes origines.

La découverte de mon pays (le Sénégal) il y a quelques années, a été un élément déclencheur. Sentir, gouter et toucher la terre de mon pays, m’a complètement ouvert l’esprit et a comblé mon manque de connaissance.

Pourquoi as-tu rejoint ce projet ?

Je pense que c’est le bon moment. C’est aujourd’hui qu’il faut se rassembler et exprimer les failles de notre société. Aujourd’hui le monde se coupe en deux, les uns reculent tandis que les autres essayent d’avancer. Nous sommes de ceux qui veulent avancer et faire avancer. Dans une époque où les chemins se croisent mais ne se touchent jamais, je considère qu’il est plus qu’important de se tenir la main.

C’est aujourd’hui qu’il faut se rassembler et exprimer les failles de notre société

Comme je suis passionnée par les langues et par l’art (le théâtre et l’écriture plus particulièrement), c’est avec ces outils que j’essaie de me rendre utile au sein d’Ayika’a. Mon objectif au quotidien, c’est de mettre en valeur nos sujets, les sublimer pour faire ouvrir l’œil et faire tendre l’oreille. Mon combat, c’est faire accepter à notre belle société, les bijoux que sont les femmes de toutes terres et à quel point on en a besoin. Parce que malgré tout ce qu’il peut se dire, leur parole est légitime et à sa place. Faire embrasser toutes nos racines pour mieux appréhender ce Monde, surement niais mais à la portée de tous.

Bon voyage !

Share This