Il y a 100 000 ans, l’homme africain a commencé à peupler la terre.

Il a tout d’abord commencé par le Yémen et la Palestine. Certains autres ont traversé l’océan et peuplé le Brésil, devenant ainsi les premiers habitants de l’Amérique.

L’homme noir fut donc le premier à peupler la terre entière. Cela peut paraître bizarre de se dire que les premiers japonais étaient noirs, mais ce fut bien le cas, nous avons d’ailleurs trouvé une image du peuple Aïnu, totalement noir au départ, mais légèrement moins sur ces archives retrouvées.

Nous comprenons donc qu’une génération entière d’hommes noirs a peuplé la planète. Mais comment est alors apparu l’homme européen ? Asiatique ? Arabe ?

La couleur de peau

La couleur de peau est sans surprise liée à l’action des rayons du soleil sur la peau. Cependant, l’élément qui entre en jeu est la vitamine D. Celle-ci est absorbée à travers les rayons de soleil par la peau, et aide à la production des os.

Cependant, lorsqu’il y a une quantité de soleil trop importante, cela peut devenir dangereux pour la peau et créer toutes sortes de cancers. Comme système d’auto défense, le corps va alors produire de la mélanine, qui va protéger la peau du soleil, et est à l’origine de la couleur marron ou noire de la peau.

Lorsque l’homme noir est arrivé en Europe, il a dû s’adapter à un climat glacial, et à des quantités de soleil différentes, d’où le changement de couleur de peau qui s’en est suivi. Les recherches montrent que la mélanine causait alors des carences en vitamine D, menant à des fractures. Le corps a alors dû se débarrasser de la mélanine afin de mieux absorber les rayons du soleil. Pour la petite anecdote, le gène à l’origine de la perte de mélanine est le même que celui à l’origine de l’albinisme, la peau blanche est un dérivé de l’albinisme, un caractère qui existait donc déjà en Afrique.

Les cheveux

La texture des cheveux n’a également d’autre origine que des raisons climatiques, c’est assez simple à imaginer, et à comprendre également.

En Afrique sous de fortes chaleurs et un soleil éblouissant, le cheveux a pris une texture dite spiralée, formant la fameuse coupe afro, ceci dans le simple but de protéger le crâne du soleil. Quant aux cheveux lisses, ils ont eu pour but de protéger du froid et du vent, notamment au niveau du cou, des épaules et de l’appareil respiratoire.  

Cependant, on notera que c’est la sélection naturelle qui a contribué à répandre le cheveu lisse, en effet, il existait déjà des noirs, 100% noirs et non métissés, qui avaient les cheveux totalement lisses. Ceux qui ont su hériter de ce gène ont tout simplement mieux survécu dans les températures froides de l’Europe. 

La forme du nez

Les climatologues ont montré à travers des études, que des narines étroites avec un nez fin permettent de mieux réchauffer l’air froid. A l’inverse, des narines larges laissent passer l’air plus facilement et permettent de mieux refroidir le corps. Inutile donc de re-préciser que la forme du nez est une question de climat.

Encore une fois, on dira que le nez long et les narines étroites existaient déjà chez l’homme noir. On comprend donc que, des hommes arrivés en Europe, ceux ayant des narines larges faisaient plus de maladies respiratoires, cela résultant sur plus de décès parmi eux. Cela a donc contribué à la meilleure survie des hommes au nez long et plus fin, en Europe.

 

Nous pourrions retracer de nombreux détails comme cela, mais on comprend déjà que « l’homme blanc » est le résultat d’une recombinaison de plusieurs caractéristiques existant déjà chez l’homme noir, et menant à une meilleure survie face au manque de soleil et au climat froid.

La combinaison de ces critères ont donné la morphologie de l’européen tel que nous la connaissons. Ces transformations ont bien sûr eu lieu sur plusieurs millénaires.

 

L’apparition de « l’homme blanc » en Afrique du Nord

Nous commencerons par préciser que les clichés affirmants que l’Afrique du Nord est blanche sont faux. L’Afrique du Nord n’est pas entièrement blanche. Nous pourrons notamment citer l’Egypte et la Libye qui comportent encore une grande part de population de peau noire.

Pour expliquer comment l’homme blanc est arrivé en Egypte, il faut parler d’histoire. L’homme blanc est arrivé en Egypte vers l’an -1300… En tant qu’esclave. Plus tard suivront des invasions iraniennes, et romaines, poussant ainsi les noirs à fuir vers d’autre régions d’Afrique. Ceux qui resteront en Egypte se métisseront avec les blancs, et deviendront ainsi les coptes. Ceux sont ensuite les turques qui prendront le contrôle de l’Egypte, et perpétueront son « blanchiment ».

Ainsi, dans d’autres pays tels que la Tunisie, le Maroc, ou encore la Libye, ce sont des processus similaires qui ont agit sur la composition des populations. On pourra citer l’exemple de l’Algérie, qui prise plus tard par les romains contenait tellement de noirs que l’on appela cette population les Maures.

Pour donner des indications temporelles, le maghreb fut noir jusqu’au 8ème siècle environ. Au 8ème siècle commence la traite des blancs d’Europe par les musulmans. Les hommes blancs ont donc bien été esclaves, devenant plus tard une grande part des « blancs d’Afrique du Nord ».

Au final, on comprend de cette grande histoire, que l’homme noir à peuplé le monde, il est devenu blanc en Europe, puis est réapparu en Afrique du Nord ensuite. Il s’agit bel et bien du même peuple d’origine. Cependant nous voyons bien que les hommes n’ont jamais été aussi divisés qu’aujourd’hui. Notamment au sein du continent africain même, les tensions entre l’Afrique du Nord et le reste de l’Afrique sont au plus haut.

 

Aujourd’hui, Afrique et Afrique du nord

On précisera d’abord que l’Afrique subsaharienne désigne 46 pays situés en dessous du Sahara. Cela constitue la séparation avec l’Afrique du nord. L’Afrique du Nord est composée de sept pays: l’Algérie, l’Egypte, la Libye, la Mauritanie, le Maroc, la République arabe sahraouie démocratique et la Tunisie.

Aujourd’hui, on constate que de nombreux nord-africains se considèrent plus comme arabes que comme des africains. Les pays au nord du Sahara sont ainsi souvent perçus comme « de la méditerranée ». Le racisme exprimé par les africains du nord envers les africains subsahariens est un réel phénomène. Le concept que « noir » veut dire africain représente en lui-même une haute forme de racisme. Ainsi le racisme au sein même du continent africain représente un obstacle à l’unité. Cela s’est particulièrement vu avec les récents scandals concernant l’esclavage en Libye. Mais est-il plus acceptable aujourd’hui d’être esclave en Libye ? Pas de #JeSuisParis #JeSuisCharlie pour ces drames qui dit-on ont lieu depuis bien longtemps. L’union fait la force, mais l’union africaine se retrouve elle-même en difficulté aujourd’hui.

L’ignorance qui subsiste concernant l’histoire du continent africain est peut-être un facteur accroissant ces conflits. Nous sommes malheureusement trop peu informés sur le passé et la formation du continent africain, son histoire n’est que peu enseignée dans les écoles et l’information est peu partagée. L’appellation “pays du du moyen orient et de l’Afrique du Nord” donnée aux pays nord africains a d’ailleurs fait forte polémique il y a quelques années. Mais on comprend tout de même que la culture proche partagée entre l’Afrique du Nord et le Moyen Orient est un facteur de ce sentiment d’appartenance. Mais il ne devrait pas empêcher de savoir que l’on est africain et de l’accepter.

 

Maud Guerard

Share This