Quelques femmes influentes parmi tant d’autres…

Dans un monde où le patriarcat domine, il est souvent difficile de s’imposer en tant que femme, et de manière indépendante.  Dans des sociétés ou la couleur de peau, peut constituer un privilège ou un « handicap » il est plus difficile pour une personne noire de se démarquer. Le Figaro sortait en octobre 2017, un article intitulé « Être femme et noire, la double peine ». Même si la condition de la femme noire représente un véritable défi, certaines s’en sortent tout de même, et parviennent par leur persistance et par leur combativité à s’imposer.
Ces femmes sont influentes et montrent à travers l’accomplissement de leurs ambitions qu’elles sont aussi bien capables que n’importe qui d’autre d’exceller, et dans tous les domaines : en affaires, et aussi bien dans les métiers scientifiques, artistiques… À travers les époques, elles sont nombreuses à avoir fait leurs preuves.
Aujourd’hui nous vous présentons quelques femmes, visages de la femme noire et influente. Avant cela, nous vous avons répertorié quelques statistiques, sur les discriminations en fonction du sexe ou de la couleur de peau. En sociologie, l’étude de ce type de discriminations s’appelle l’intersectionnalité.

  • En France, il y a eu 882 actes racistes reportés sur l’année 2016.
  • 1125 est le nombre de faits délictueux à caractère raciste en France en 2016.
  • L’écart au niveau des salaires est de 17% entre une femme noire et une femme blanche à poste égal.
  • Aux États-Unis, pour chaque dollar que gagne un homme, une femme noire touche 63 centimes.
  • En France, le taux de discrimination envers les femmes noires dans le monde professionnel est de 60%

En dépit de ces chiffres désolants, voici le portrait de 7 Femmes Noires, et influentes dans divers domaines.

Politique – Helen Johnson Sirleaf

Aussi surnommée, la « Dame de fer » de l’Afrique, Ellen Johnson Sirleaf est la première et la seule femme chef d’Etat en Afrique, ainsi que la 24e présidente du Libéria.

Elle connaît pourtant des débuts difficiles en politique. Après l’obtention de sa maîtrise à Harvard, elle sera nommée Ministre sous la dictature militaire de Samuel Doe, cependant elle se distingue par son intégrité. Cela lui vaudra d’être emprisonnée deux fois. Celle-ci échappera même de justesse à une exécution et sera arrêtée plus tard en 1985 pour avoir critiqué ouvertement la dictature durant sa campagne pour le sénat. Sirleaf sera alors condamnée à 10 ans de prison. Elle sera libérée de manière anticipée et quittera le pays pendant 12 ans. Elle s’exile au Kenya et aux Etats-Unis et deviendra pendant ces années une économiste de haut rang à la banque mondiale, à la Citibank et bien d’autres.   De retour au Liberia, elle sera élue présidente en 2005 à la suite de la guerre civile, et réélue avec succès en 2011.

Sirleaf a été reconnue pour sa « lutte non-violente pour la sécurité des femmes et du droit des femmes ». Elle sera couronnée par le prix Nobel de la paix en 2011 pour son œuvre pour les femmes.

 

Entreprenariat et beauté – Eunice Johnson

Eunice Johnson fonda en 1945 le magazine « Ebony ». C’est une idée nouvelle puisque le magazine sera orienté exclusivement vers les lecteurs noirs. Elle donnera le nom « Ebony » en référence au bois précieux (l’ébène), expression parfois utilisée aujourd’hui pour désigner les personnes noires.

Elle créa également plus tard « L’Ebony Fashion Fair », une tournée dans le domaine de la mode, le prêt-à-porter, la haute couture, au public majoritairement afro-américain, et couvrant près de 200 villes depuis plus de 50 ans. Elle collaborera notamment avec certains des plus grands noms de la mode, tels que Christian Dior, Valentino, Yves Saint Laurent et bien d’autres.  Elle fut l’une des premières entrepreneures de cosmétiques à commercialiser des produits pour une clientèle exclusivement composée de femmes noires.

 

 

Sport – Serena Williams

Le nom qui revient automatiquement dans le domaine du sport féminin, et surtout des femmes noires est celui de Serena Williams. Celle-ci aura d’ailleurs dit au cours d’une interview en parlant de la condition de la femme noire :

« En grandissant, je me disais que je ne pourrais pas réaliser mes rêves car j’étais une femme, et surtout à cause de ma couleur de peau. J’ai été traitée injustement, j’ai subi des remarques irrespectueuses de la part de mes collègues masculins, et j’ai été sujette à des remarques racistes lorsque j’étais sur le court de tennis ».

Celle-ci a su déjouer les pronostics, et ce n’est pas la seule.

 

Maria Mutola

Maria de Lurdes Mutola est née en 1972 au Mozambique. C’est une athlète spécialisée dans le 800 mètres, surnommée « Maputo Express ».  Elle est considérée comme la plus grande athlète dans cette catégorie. En effet, son record de médailles est inégalable. Aussi, elle participe à 6 jeux olympiques successifs, montrant au monde sa persistance et sa combativité. Elle remporte la médaille d’or au championnat « Indoor » d’athlétisme en 1997. Il s’agit d’une course mémorable, en effet Maria couru cette course avec un ruban noire en guise d’hommage pour son père, décédé quelques semaines plus tôt. Au total, elle a gagné neuf Titres du monde 800m, remporté les jeux du Commonwealth deux fois, et gagné la coupe du monde de l’IAAF à plusieurs reprises. En gagnant à Bruxelles, elle devint la seule gagnante du jackpot de l’IAAF d’un million de dollars, destiné aux athlètes demeurés invaincus. L’apogée de sa carrière eu lieu aux jeux Olympiques en 2000, à Sydney, où elle remporte la médaille d’or.


Musique :  Angélique Kidjo

La chanteuse béninoise Angélique Kidjo naît en 1960, d’un père passionné de banjo et de photographie, et d’une mère chorégraphe. Elle commence à chanter déjà très tôt, dans la troupe théâtrale du Bénin, puis un peu plus tard au sein du groupe de musique de ses frères « Kidjo ». Elle s’installe à Paris en 1983 et monte son groupe avec son compagnon Jean Hébrail. Sa renommée devient internationale et croit lors de la sortie de son deuxième album, « Logozo », en 1991. Certaines de ses chansons seront utilisées au cinéma, notamment « Fifa » ou « Malaika » dans « Ma chanson préférée », d’Andrée Téchiné. Elle s’installe plus tard à New York, ou elle sera nommée par l’UNICEF ambassadrice de bonne volonté en 2002. En 2010, elle sort Oyo ; en collaboration avec John Legend et Dianne Reeves. Puis en 2014, son album EVE qui rend hommage à la femme africaine, est numéro 1 des ventes world.

 

  

 

Sciences – Mae Jemison

Mae Carol Jemison, née en 1956 est docteur en médecine, et astronaute de la NASA. Après avoir exercé en tant que médecin durant une période, elle s’engagera en tant que médecin toujours pour « le corps de la paix », notamment au Kenya, à Cuba et en Thaïlande. Elle s’engagera également plus tard au Libéria, et en Sierra Leone. Elle est également la toute première femme noire à aller dans l’espace, ce à bord de la navette spatiale « Endeavour » en 1992, après s’être engagée pour la NASA. Mais elle démissionnera en 1993 afin de créer une société spécialisée dans la recherche sur les usages de la technologie dans la vie quotidienne. Mae Jemison est aussi apparue de nombreuses fois à la télévision, notamment comme actrice dans un épisode de Star Trek : The next Generation. Elle est aussi danseuse, et compte 9 doctorats honorifiques en sciences, ingénierie, lettres, et sciences humaines. Elle aura reçu de nombreux prix au cours de sa carrière, comme le Turner Trumpet Award en 1993, et est citée parmi les 50 femmes noires les plus influentes d’Ebony.

 

 

Cinéma

Nous pourrions dire que les femmes noires se bousculent aujourd’hui dans le domaine du cinéma, Shonda Rhimes (Grey’s Anatomy et Scandal), Gabrielle Union, Taraji P henson de la série à succès Empire, Lupita Nyongo…. Mais en France les options sont limitées, même si certains noms se démarquent comme celui de Aïssa Maïga ou encore de Karidja Touré, la route vers l’égalité est longue.  Nous vous présentons donc Firmine Richard, qui est notamment l’une des co-auteures du livre « Noire n’est pas mon métier », un livre écrit par plusieurs actrices françaises noires, qui ressentent aujourd’hui le besoin de dénoncer ce qu’elles subissent dans le monde du cinéma.

Firmine Richard

Firmine Richard est née en Guadeloupe en 1947. Sa carrière d’actrice a commencé sur un hasard. Elle est repérée par une directrice de casting, Coline Serreau, et se lance ainsi dans le cinéma. Elle est prise pour le rôle de Juliette dans le film à succès Romuald et Juliette, elle donne la réplique à Daniel Auteuil, dans ce film qui lancera sa carrière rapidement. Elle jouera de nouveau dans un film à grand succès en 2002, en interprétant l’une de 8 femmes de François Ozon. Elle continue aujourd’hui de donner la réplique à de nombreux acteurs français de renommée, tels que Sophie Marceau. Elle obtient le rôle principal dans le film comique « je vous aime très beaucoup » de Philippe Locquet en 2009. Après son succès au cinéma elle se lance à la télévision, notamment dans la série télévisée « famille d’accueil ». On la retrouve aussi dans le film d’animation de Michel Ocelot « Les contes de la nuit » dans lequel elle prête sa voix à un personnage, s’adonnant ainsi au doublage. Elle est l’une des rares actrices noires françaises à se faire une place dans le milieu du cinéma.

 

 

 

Littérature – Calixthe Beyala

Calixthe Beyala est une écrivaine française d’origine camerounaise. Elle est l’un des écrivains français les plus lus à travers le monde entier. Elle arrive en France en 1978 à l’âge de 17 ans pour continuer ses études. Elle compte aujourd’hui à son actif plus de 18 romans, et de nombreux essais dans des maisons d’éditions françaises prestigieuses, ainsi qu’une multitude d’articles de presse. Elle a remporté plusieurs prix, tels que le prix François Mauriac de l’Académie française ou encore le prix tropique de 1994. C’est une écrivaine controversée qui suscite de nombreux débats notamment concernant l’ère post coloniale.

Elle n’est cependant pas appréciée de tous, elle est l’une des rares à avoir manifesté son soutien à Laurent Gbagbo et à Mouammar Kadhafi en 2011, dénonçant l’implication des puissances occidentales et des organisations telles que l’OTAN dans les conflits, qu’elle qualifie de violation de la souveraineté des peuples africains, ayant comme objectif le pillage des richesses de ces pays. S’attirant ainsi de nombreux détracteurs, elle sera accusée de plagiat ou même de pornographie par ces derniers. Elle n’en reste pas moins un auteur à succès et de renommée.

 

Nous le voyons les personnalités ne manquent pas, et la liste est encore longue. Mais nous ne pouvons que souhaiter de l’allonger toujours plus, et voir toujours plus de ces femmes inspirantes.

Maud Guerard

Share This